Autres méthodes de soudage

Brasage MIG et soudage au laser, immergé, plasma, par points, par friction et par explosion

Brasage MIG

Le brasage MIG, ou brasage à l’arc, a vu le jour dans les années 1990. Il ressemble beaucoup au soudage MIG/MAG. La principale différence réside dans les fils du matériau d’apport et la fusion du matériau de base, puisque ce dernier ne fond pas en brasage MIG.

L’apport de chaleur en brasage MIG est considérablement inférieur à celui du soudage MIG/MAG, ce qui rend cette technique particulièrement adaptée au soudage de pièces zinguées, par exemple dans l'industrie automobile. En raison du faible apport de chaleur, la plaque ne se déforme pas et le revêtement en zinc n’est pas endommagé. L’industrie automobile montre donc un grand intérêt pour le brasage MIG. Celui-ci est également couramment utilisé dans les ateliers de réparation automobile.

Soudage au laser

Le principe du soudage au laser est simple : un faisceau laser créé avec du dioxyde de carbone ou un laser NdYAG est dirigé sur la pièce ouvrée afin de souder les pièces ensemble. Un gaz de protection empêche l’oxygénation du matériau à souder et protège les pièces optiques du poste à souder.

Les avantages du soudage au laser sont la rapidité du soudage, l’étroitesse du faisceau de soudage et la faible température. Il convient donc parfaitement lorsqu’un faible impact thermique est requis.

Le soudage au laser est précis. Il autorise des soudures étroites et modifie peu les éléments soudés. Par contre, il nécessite un ajustement précis des pièces à souder ainsi que l’utilisation de gabarits. Cette méthode n’est donc pas rentable pour réunir des pièces individuelles.

Soudage à l’arc sous flux en poudre

En soudage à l’arc sous flux en poudre, l’arc brûle sous la poudre de soudage. Le matériau d’apport est introduit avec un fil à souder à alimentation distincte ou un dévidoir. Pendant l'opération de soudage, la poudre déposée sur le joint de soudage fond à la surface de la soudure et génère une couche de laitier protectrice. La poudre de soudage peut également contenir une poudre métallique qui fondra dans la soudure comme matériau d'apport pendant le soudage.

Le soudage à l’arc sous flux en poudre est pratiquement toujours mis en œuvre sous forme au moins partiellement mécanisée. Il est donc possible d’obtenir une productivité élevée sur des longues soudures. Le soudage à l’arc sous flux en poudre est couramment utilisé dans l'industrie lourde et mi-lourde, ainsi que dans les chantiers navals.

Soudage à l’arc au plasma

Le soudage à l'arc au plasma est un procédé de soudage à l’arc gazeux. Le « plasma » est un gaz surchauffé à une température de 15 000 à 25 000 °C, à laquelle l’arc brûle entouré par le gaz de protection entre une électrode de tungstène réfractaire et la pièce ouvrée.

Un matériau d'apport est généralement utilisé. Il est alors introduit dans la soudure en fusion sous forme de fil. En soudage à l’arc au plasma en poudre, le matériau d’apport est introduit dans la soudure en fusion avec le gaz de protection sous forme de poudre métallique.

La forte densité énergétique du soudage à l’arc au plasma permet de produire un arc capable de pénétrer complètement les pièces ouvrées. Le soudage à l’arc au plasma convient particulièrement aux procédés de soudage mécanisés et est utilisé par exemple pour souder l’acier inoxydable.

Soudage par points

Le soudage par points est un processus de soudage par résistance dans lequel des points des pièces à souder sont chauffés avec de l'électricité à une température proche de leur point de fusion, puis pressés l’un contre l’autre pour solidariser les pièces.

Ce type de soudage est utilisé dans le travail de la tôle. Les plaques doivent être pressées l’une contre l’autre sans entrefer. La pénétration de la soudure est ajustée via la durée du soudage par points et le courant de soudage. Cette technique utilise une buse à gaz spécialement conçue, qui est pressée contre la surface de la plaque. Cette buse est généralement dotée de petits trous par lesquels s’échappe le gaz de protection.

Soudage par friction

En soudage par friction, la chaleur nécessaire au soudage est produite par une friction. Les surfaces jointes sont serrées ensemble et pivotées l’une contre l’autre. Après chauffage jusqu'à atteindre un état doux, les surfaces sont fermement pressées l’une contre l’autre, ce qui a pour effet de les souder. Le soudage par friction est utilisé par exemple pour souder des essieux et des barres.

Soudage par explosion

Le soudage par explosion est une méthode de soudage spéciale qui permet de raccorder deux types de métaux différents à l'aide d'une explosion contrôlée. Cette explosion génère une grande pression entre les plaques métalliques. Les métaux fusionnent alors au niveau atomique. La structure composite ainsi obtenue est d’une qualité exceptionnelle et possède des caractéristiques métallurgiques cohérentes.

Le soudage par explosion est utilisé lorsque deux types de métaux différents doivent être raccordés avec un joint solide.

Fermer

Caractéristiques techniques